Le changement climatique : la Caraïbe en danger ?

La Caraïbe (insulaire et continentale) est exposée depuis toujours aux cyclones tropicaux, dont l'intensité pourrait s'accroître avec le changement climatique. De nombreuses activités comme le tourisme, la pêche ou l'agriculture sont soumises aux caprices du climat de même que la santé publique et la biodiversité.

Les conclusions du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) sont particulièrement alarmantes pour ce qui concerne les régions insulaires et côtières.

Ces journées s'adressent d'abord aux décideurs et aux scientifiques de la < Grande Caraibe > dans l'objectif d'analyser toutes les consequences, présentes et à venir, des changements climatiques sur la région et les stratégies à adopter en la matière.

[1]. Les collectivités territoriales des Départements français d'Amérique et les pays de la Grande Caraïbe ont été peu associées jusqu'à présent aux efforts entrepris par la communauté internationale pour faire face aux consequences des changements climatiques.
Leurs efforts ont jusqu'à présent davantage porte sur l'indispensable réduction des émissions de gaz à effet de serre que sur la désormais inévitable adaptation aux consequences du changement climatique.
Ces consequences deviennent de plus en plus visibles et concerneront au premier chef les économies et les territoires des régions maritimes de la Caraïbe.


[2]. La Guadeloupe, la Guyane et la Martinique ne peuvent se désintéresser de leur futur.
Leurs collectivités territoriales exercent des compétences et disposent de moyens d'actions qui doivent faire d'elles des partenaires à part entière de la lutte contre les effets des changements climatiques.
Elles ont besoin, en liaison avec l'État et l'Union Européenne, de concevoir des stratégies et des programmes de développement qui anticipent et qui préparent ces changements.


[3]. Les États de la Caraïbe sont eux aussi menacés de façon specifique par les conséquences du changement climatique qui les expose à une multiplication et une aggravation de l'intensité des événements climatiques extrêmes et à l'élévation du niveau de la mer.
Pour relever ce défi, le lien avec la communauté internationale et particulièrement de l'Union Européenne leur est indispensable.


[4]. Il s'agit pour tous ces territoires de faire face ensemble au défi du changement climatique qui ne s'arrête à aucune frontière avec le soutien de la communauté internationale. Ces journées doivent aboutir à la définition d'un plan d'action. Ce plan d'action s'appuiera sur une évaluation des vulnérabilités et dégagera les priorités à mettre en avant en matière d'adaptation.


[5]. Ces deux journées de travail sont destinées aux représentants élus et aux techniciens de la Grande Caraïbe, aux scientifiques, aux professionnels et aux associations concernés par ces questions.
Elles sont ouvertes aux membres des institutions nationales et communautaires ainsi qu'aux représentants des organisations caribéennes régionales qui travaillent sur la question du changement climatique. Elles s'intègrent dans une série de manifestations visant des objectifs complémentaires organisées par l'Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique.

Les journées de Fort de France sont organisées par le Conseil Général de Martinique et par l'Observatoire National des effets du réchauffement climatique V ONERC V qui apporte son support scientifique.

Pour plus de références, cliquez ici

1